la_fresque

Ne cherchez pas un quelconque rapport avec la photo proposée, je n'ai pas de photos de bureaux de Poste à Mayotte. La raison en est que je suis toujours pressée d'y rentrer et toujours très pressée d'en partir.

Un colis à envoyer en métropole, me voici donc en route pour le bureau le plus proche. J'ai une demi-heure à consacrer à ce cauchemar, pardon, cet exercice, avant de reprendre le boulot. On est en milieu de mois, les allocs sont donc tombées depuis longtemps, il est 13h, tout le monde est sensé manger, j'ai donc mis toutes les chances de mon côté.

La file d'attente n'est pas interminable, il n'y a qu'un guichet ouvert et je suis en sixième position. Trop facile...!!

La préposée est occupée en ce moment à expliquer à un jeune homme qu'il lui faut une carte d'identité pour retirer la lettre recommandée à son nom.  Il ne comprend pas pourquoi il a le papier jaune de la Poste et qu'on lui demande de justifier son nom. Fallait pas la poster chez moi si t'es pas sûre de mon identité.  La préposée explique tranquillement qu'il ne serait sans doute pas content que toute sa famille puisse avoir accès à son courrier personnel. Ppfff...mes parents savent pas lire le français, alors qu'est-ce qu'ils en feraient de ta lettre...!!         

La Poste n'en démord pas, c'est pour tout le monde pareil: il FAUT une pièce d'identité pour retirer la lettre.  Le jeune s'en va en braillant que c'est nul ici, qu'il attend depuis une heure pour rien et qu'il s'en va de ce pas pour la peine. Ok, il n'a pas dit ça comme ça, mais c'est tout comme.

Une grosse pendule juste en face me donne l'heure et il me reste 20 mn pour effectuer ma tâche.

C'est le tour d'un petit vieux qui vient chercher des sous. Visiblement, le décompte bancaire ne correspond pas à la réalité et le bacoco exige des explications. Explications que la préposée se fait un plaisir de lui communiquer sur le champ.

La grosse pendule m'indique encore 13mn: ça devrait le faire.

Un couple de touristes vient acheter des timbres, mais veulent la collection présentée en vitrine. Kavou, y en a plus, une autre collection peut-être, la faune du lagon est jolie aussi. Nan, nan, on l'a déjà, montrez-moi ce que vous avez d'autres. 

Derrière le comptoir, un homme approche de l'employée des Postes. C'est l'heure de la pose et il vient prendre la relève de sa collègue. Bonjour, deux bises, comment ça va...Elle le met au courant des dernières nouvelles, tout en quittant son poste. Il prend le siège à côté tandis que le couple de touristes hésite encore: la faune ou pas la faune. Oui, mais Henri, on ne peut pas envoyer deux fois les mêmes timbres à la famille.

La pendule n'est pas généreuse aujourd'hui, puisqu'elle me dit gentiment qu'il me reste 7 mn avant de reprendre le boulot.

Henri commence à me casser les noix...pardon, les pieds...et ma patience légendaire est bien entamée. Prends-en une série de chaque, HENRI, tu pourras envoyer une carte à ton banquier ou au Fisc, comme tu veux, MAIS DÉCIDE TOI PARCE QUE Y A DU MONDE DERRIÈRE.  Madame se retourne, comment j'ose parler à son mari sur ce ton, on peut faire son choix tout de même, et blablabla...

Pourquoi j'ai parlé, moi ?? chuis trop bête parce que pendant que Ginette me donne une leçon de vie d'une voix suraiguë, l'employé de la Poste derrière son guichet attend toujours, les séries de timbres étalés devant lui, que m'sieur-dame arrête enfin son choix.

Il me reste 3 toutes petites minutes avant la fin de ma pose et il y a deux personnes devant moi, en plus du couple qui hésite maintenant quant au mode de paiement. Espèces ou carte bancaire ?? Ben non, HENRI, garde le liquide et règle en carte bleue. Ben oui mais c'est toi qui a la carte. Nan, c'est toi. Nan, toi même.

Oh bordel, ils se sont bien trouvés ceux-là. Ne divorce jamais, Henri, tu as trouvé ta moitié.

Pour ma part, je ressors en courant parce que, le temps d'arriver au boulot, je suis en retard de quelques minutes.  Je n'ai évidement pas eu le temps de poster mon colis et j'en suis quitte pour recommencer tout ce cirque demain à la même heure. Et après demain aussi, sans doute.

Vous comprenez maintenant pourquoi je n'ai pas de photo de bureau de poste de Mayotte: parce que je suis toujours pressée d'y rentrer, mais encore plus d'en partir.

Heu, pour la petite histoire, la fresque sur la photo est celle du 5/5, café de Mamoudzou. C'est une des premières images que vous verrez en arrivant dans la capitale et elle a été peinte par l'Atelier Shambala.    .

                                Kaay à Mayotte