Tout a commencé par une lubie, un caprice, une exigence: un matin, me levant de bon poil, je dis à Pascal en buvant mon thé matinal: je veux une cabane de jardin. J'avalais une gorgée tout en me préparant à argumenter durant de longues minutes selon un schéma maintes fois répété dans mon esprit durant la nuit: j'ai besoin d'un endroit pour lire mes magazines tranquille, je veux une cabane pour faire comme si je vivais dans les arbres, j'ai pas eu assez de cadeaux pour mes 40 ans et désormais j'ai décidé que mon anniversaire aurait lieu tous les mois. 

Je me préparais donc à argumenter dur mais, tandis que je prononçais la première phrase " je veux une cabane de jardin" Pascal ne m'a pas laissé finir et a juste dit: ok, ça marche.

Ce gars m'étonnera toujours.

Le problème avec une fille comme moi, c'est que je suis impatiente. Si je veux une cabane, c'est tout de suite. A la rigueur, je pourrais attendre jusqu'au lendemain, mais pas après. Or, Pascal est du genre patient: il prend son temps, il mesure, calcule, fais des plans, bref d'après mes critères, il perd un temps fou.

Laissez-moi vous montrer par le menu la construction de cette fameuse cabane, qui soit en passant, est pour l'instant plus une terrasse qu'un véritable cabanon.

01

Pascal a commencé par débarrasser un coin du jardin débordant de mauvaises herbes et de racines diverses et très variées et a installé des palettes de récup' qui servent de base au plancher.

02

Cinq palettes, c'est un minimum pour avoir un peu d'espace.

03

Une palette coupée en deux sert de base pour la banquette.

04

Des planches de bois traité en guise de parquet...

06

...et en guise de coffrage pour le banc.

07

La terrasse est terminée, Pascal y ajoute des coussins de sol, les chaises malgaches ainsi que la table de Madagascar en bois de palissandre.  Le petit carré de verdure prend forme, avec les quelques plantes achetées dans la semaine, il faut juste attendre quelques mois que la végétation soit plus dense pour donner une impression de mini-jungle.

08

Après une journée de dur labeur en plein soleil, nous décidons d'arrêter pour aujourd'hui la construction de la cabane.  La prochaine étape sera de couvrir la terrasse avec un toit végétal, ce qui ne manquera pas d'être fait dans la semaine, si la météo nous en laisse le loisir.

Après l'effort le réconfort et un apéro suivi d'un barbecue pour deux personnes ont eu lieu juste après la photo. Et juste avant la pluie.

                                                  Kaay à Mayotte