Mawa                Les peuples Noirs détestent les chiens tandis que les Blancs les adorent.  Dans les îles ou j'ai vécue, je n'en ai pas connu une qui respectait leurs droits.  Battus, torturés, empoisonnés, la vie d'un chien dans les îles n'est pas vraiment une vie révée.    Il faut dire, à la décharge de ces peuples, que lorsqu'un esclave avait la folle idée de s'enfuir de la plantation, le maitre-planteur envoyait les chiens à ses trousses pour lui demander gentiment de rentrer à la maison.  Moyen très efficace pour lier connaissance, mais peut-être pas le plus sympathique...

De retour au bercail, s'il rentrait, l'esclave mettait en garde ses enfants contre les chiens des Blancs; les enfants-esclaves devenaient des adultes-esclaves, y a pas de raison que ça s'arrète, et à leurs tours mettaient les générations futures en garde contre les petits toutous qui leur mordilleraient les mollets s'ils n'étaient pas sages.

L'esclavagisme a été officiellement aboli ( officieusement, c'est un autre débat ) mais les peurs sont restées.  Les chiens aussi se sont passés le mot et ont peur de l'homme Noir,  donc leurs aboient dessus et font peur aux petits qui deviendront grands et on n'en finira donc jamais...??

Mawa_02           Les Blancs, donc, adorent les chiens et les chérissent comme un membre de la famille, parfois beaucoup plus d'ailleurs. Ils dépensent des fortunes chaque année pour que le toutou de la maison soit heureux, soit beau et poli dressé, mais ces Chers Blancs ont aussi la manie d'abandonner leur trésor sur les  routes au moment ou celui-ci devient encombrant. Pas tous, heureusement, il y en a beaucoup qui les gardent jusqu'à la fin de leur vie.

Mais dans les îles, ils sont légions ceux qui prennent un compagnon et l'abandonne au moment de rentrer en France. Sur les plages parce que, comme ça, le chien abandonné peut au moins avoir la satisfaction d'assister à un beau coucher de soleil tous les soirs. A lui plage et cocotier, mer turquoise et sable blanc.

Forcément, le chien devient dépressif malgré les jolis paysages, et se regroupe en club-de-chiens-abandonnés, appelons ça une meute, pour moins s'emmerder. Et à eux la poule, le cabri et même le petit zébu au menu du soir. Oui, parce que ça ne nourrit pas son chien, les beaux couchers de soleil...!! et que sur une meute d'une dizaine ou une vingtaine de chien, y en a toujours un qui est glouton, et qui incite les autres à en avoir toujours plus.  

Vous avez compris la suite: le berger déteste les chiens de Blancs parce qu'il vient de perdre deux cabris, il en a peur parce qu'un jour la meute pourrait s'attaquer à un de ses enfants.....mais les Blancs adorent les chiens, alors....on n'en finira jamais.

Je vous présente Mawa, une petite chienne née il y a un mois et demi à Kangani, que Pascal est allé choisir lundi.  Son nom signifie Rose en shimaorais, et autant je n'aurais jamais appelé mon chien Rose, autant Mawa je trouve ça top...!! c'est une 100% bâtard et elle promet d'être un molosse. Oui, parce que les rats d'appartement c'est pas notre truc.

Je suis une Blanche, une m'zungu, une métro, une z'oreille, et j'adore les chiens. Entre la société que Pascal vient de créer et Mawa qui, espérons-le, va accompagner notre vie pendant des années, il semblerait que nous nous installons à Mayotte pour quelques années encore. Jusqu'à ce qu'une pièce de monnaie décide de notre destin; il nous faudra alors prévoir une simple caisse pour y mettre Mawa en soute dans l'avion qui nous emmenera vers une autre destination.

                                                    Kaay à Mayotte