goutte_d_eau

La saison des pluies avait commencée doucement; un peu de pluie tous les jours, voilà qui convient pour prétendre être une mousson en bonne et dûe forme.

Hier, des trombes d'eau se sont déversées sur Mayotte. Les caniveaux ont vite débordés et les rues se sont muées en torrent de boue.

Sur RFO ce matin, le maire de Bandraboua déclarait que sa commune était préparée moralement. Voilà qui nous rassure car il est bien connu que tant qu'il y a le moral, le reste suit...!!

Aucune commune n'a été épargnée et il parait qu'il est tombé en une journée plus de pluie qu' en un mois de décembre moyen.

Dans mon quartier, une route venait d'être refaite en septembre, et la Colas n'a plus qu'à revenir "finir" les travaux.

Les militaires ont sortis les sacs de sable pour éponger le surplus d'eau et ont aidés à dégager des voitures embourbées sur les routes.

L'aéroport a été bloqué et les départs comme les arrivées ont été reportés à aujourd'hui. Karibou Dagoni.

Traitons donc de l'avantage et de l'inconvénient de la pluie en commençant par les inconvénients:

- la pluie rafraîchit l'air, qui est descendu hier à 20°. Trop froid pour moi.

- les caniveaux se transforment en ruisseaux, les nids de poule en étang

-  les crétins qui ont coupés tous les arbres doivent s'en mordre les doigts aujourd'hui, puisque plus rien ne retient le sol détrempé. A l'échelle mondiale, on appelle ça la déforestation. En même temps, si les crétins avaient une conscience, ça se saurait.

- la barge est ouverte à tout vent et évidemment ce matin, c'est celle qui a les stores de protection en plastique qui est en panne.

- on se prend la pluie de bâbord à tribord.   

- on arrive au boulot tout mouillé, et on reste dans nos vêtements tout mouillés toute la journée. Et c'est froid.

- on a une coupe de cheveux qui ne ressemble à rien mais on se rassure en regardant les autres. L'inverse est aussi vrai d'ailleurs, les autres se rassurent en nous regardant.

- le parapluie est une invention nulle: il se retourne quand la pluie attaque. Il fait des gouttières qui mouillent tous les voisins. Il a des couleurs nulles. Je déteste les parapluies.

- les bouénis manquent de se casser la figure, parce qu'elles ont mis leurs hauts talons et que la route est très glissante. Je me marre deux minutes avant de me rattraper à la première crinière venue parce que mes tongs glissent, elles aussi.

- les rues se transforment en brocante à ciel ouvert: on y trouve des bidons d'huile de vidange, des pneus, des clous, des canettes de bière, des chaises, des bouts de voitures...ah non, c'est une voiture entière, tiens...des sandales ( j'en rattrape deux au passage parce que si les miennes lâchent au moins je ne serais pas pieds nus. Dépareillées mais tant pis ), des marmites, des sacs à main....voici de quoi se vêtir pour l'hiver et décorer sa maison.

- c'est pas le tout de déconner, mais il va falloir tout nettoyer une fois le soleil revenu. Et j'ai la flemme.

Les avantages maintenant:

- l'arrosage des jardins se fait automatiquement, pas besoin de sortir le tuyau. Et la pluie, c'est gratuit.

Désolée, je n'ai trouvé que ça comme avantage, mais je n'ai pas beaucoup cherché non plus.

Une photo du centre de Mamoudzou hier matin à 9h, pour vous montrer que c'était pas pour du rigolo.

Mamoudzou

                                                          Kaay à Mayotte